Pêche à pied récréative


image fot939a.jpg (11.2kB)

  • 1-Pourquoi réaliser des comptages de pêcheurs à pied lors des grandes marées.
La pêche à pied de loisir est une activité ancestrale et traditionnelle des côtes françaises.
Pour beaucoup, elle est également emblématique des congés au bord de la mer ou de l’héritage culturel vivant des zones côtières. En tant qu’activité de plein air, gratuite et ouverte à tous, la pêche à pied est associée à une certaine idée de liberté sur le rivage.

Cependant, la fréquentation est devenue au fil des ans très importante et le problème de la pression exercée sur les espèces pêchées se pose de manière de plus en plus précise.

Des règlementations existent, qui fixent pour les coquillages fouisseurs et les crustacés, les tailles minimales pouvant être pêchées, le nombre maximum d'exemplaires et les dates de pêche; les règlementations ne sont pas exactement les mêmes selon les départements côtiers et elles changent de manière régulière. Il convient donc de s'informer et d'avoir un outil de mesure.

Les comptages sont réalisés 1H00 avant les basses mer des grandes marées. Elles concernent tout le golfe Normand-Breton et sont réalisées sous l'égide de l'Agence des Aires Marines Protégées basée à Granville. Dans ce cadre l'agence élabore des synthèses que l'on peut consulter sur leur site.

  • 1.1-L'outil de mesure préconisé et distribué aux pêcheurs lors des marées d'information.
image img466.jpg (0.7MB)
image img467.jpg (0.9MB)








  • 1.2-Exemples de comptages en baie d'Arguenon et dans le secteur des Ebihens le 30/09/2015.
image img469.jpg (2.0MB)
image img470.jpg (2.2MB)













  • 1.3-Photos de observateurs(trices) lors du comptage du 30/09/2015.
image IMGP0123.jpg (2.6MB)
image IMGP0127.jpg (2.6MB)
image IMGP0125.jpg (2.6MB)










1.4 réunion de synthèse tenue à Pontorson le 15 Mars 2016.
Une réunion de synthèse des observations menées sur le golf normand breton dans le cadre de la pêche à pied de loisir s'est tenue à Pontorson le 15 Mars 2016. Brigitte et Alain y représentaient St Jacut Environnement. Comme lors des réunions précédentes, de très nombreux acteurs des milieux associatifs et des élus s'étaient déplacés. Ils ont fait part de leurs points de vue, voire de leur différences.
Plusieurs sujets ont fait l'objet d'une présentation:
-Synthèse des comptages et enquêtes réalisés principalement lors des grandes marées. Pour St Jacut, le lien ci-après permet d'accéder à la synthèse correspondante.
-Synthèse des types d'informations qui vont être mises en place aux accès à l'estran les plus utilisés sur les diverses collectivités locales de bord de mer(voir lien ci-après). Les panneaux seront installés en avril/mai 2016.A l'occasion il est rappelé que faire dégorger les coquillages permet de libérer les toxines. Concernant les contrôles ils sont plus orientés sur la maille que sur les outils utilisés.
-Présentation par le SMEL (Synergie Mer et Littoral) d'une étude en cours ayant pour objectif d'analyser dans la durée l'évolution de la ressource en palourdes dans l'ouest Cotentin. De très nombreux points(600) ont fait l'objet d'observations initiales et un certain nombre d'entre eux vont faire l'objet d'observations dans la durée .Pour l'instant, aucun paramètre déterminant n'apparait pour expliquer les populations observées ou les tailles des coquillages. Une étude sur le déplacement des palourdes dans le sédiment est en cours.
Il a été fait état de l'existence d'une pathologie de la palourde, l'anneau brun qui n'est pas toxique pour l'homme. Des traces sont visibles sur les coquilles des individus malades. Une étude est en cours sur Brest.
-Présentation par Claire Rollet (IFREMER), du suivi des bancs d'hermelles en baie du Mont St Michel, côté sud Cotentin; ces concrétions sont fabriqués par des vers marins (polychète) à partir de leurs propres secrétions. Un maillage très fin a été réalisé, chaque série d'observation nécessite de très nombreux bénévoles, certains bancs situés loin de la côte ne laissent que peu de temps pour faire les constatations. L'état de ces bancs évolue beaucoup dans le temps, sans que l'on puisse rattacher cette évolution à un paramètre déterminant: tempêtes récentes particulièrement violentes, présence de pêcheurs( peu nombreux semble-t-il à ces endroits précis), déplacement et multiplications des pieux à moules dans la baie,...
Des habitants de toujours ont fait part de leur propres observations, certaines remontant à 50 ans.
- Présentation de l'étude sur les champs de blocs. En 2014 les retournements des pierres et rochers étaient essentiellement dûs aux tempêtes
-Quelques informations : une exposition en kakémonos est disponible sur la pêche à pied et la praire. Un kit de formation sera disponible pour les offices de tourisme en juin 2016. Mise à disposition de jeux de société sur la pêche à pied de loisir pour les écoles et les structures de la médiation à l'environnement.

Synthse_St_Jacut_20142015_compress.pdf (1.2MB)
Outils_de_communication_compress.pdf (3.6MB)


-Tout au long de l'année 2016 les comptages se sont poursuivis sous l'égide de l'Agence des Aires Marines Protégées.
Le 13 Décembre la dernière réunion de synthèse s'est tenue à Granville. Dernière réunion car la démarche s'inscrit dans le cadre du projet européen  LiFe+ et subventionnée par l'Europe. Outre la présentation des dernières données, l'après midi a été en partie consacrée à la recherche d'une continuation des mesures par les associations, les bénévoles, les universitaires.....
Des Agences de l'Eau concernées ainsi que les Régions Bretagne et Normandie souhaitent la poursuite des mesures et peuvent apporter des subventions très significatives mais il faut trouver un ou des organismes porteurs du projet.

Dommage, nous n'aurons plus les compétences et la fraicheurs de Margaux Pinel et des jeunes en service civique qui nous ont guidé et accompagné tout au long de ce projet.

-Sur notre zone d'intervention, ce sera peut être l'association Viv' Armor qui va reprendre le flambeau.
Pour l'instant, il a été décidé de continuer les observations dans le même cadre technique que précédemment.
Dans le cadre du projet  LiFe+, St Jacut est l'une des stations d'observation où il y a eu le plus de mesures, et à deux reprises nous avons mené des observations en baie de Lancieux faute d'observateur local.

En début d'année 2017 les panneaux d'information à destination des pêcheurs à pied ont été installés aux quatre principaux points d'accès vers l'estran.
Ces panneaux partagent une partie commune, et chacun porte une information spécifique au lieu d'installation:
Interdiction de pêche sur l'herbier de Zostère et pourquoi, ou importance primordiale à la remise en place des rochers après les avoir retournés.(information champs de blocs)
image 100_2536.jpg (3.3MB)
image 100_2538.jpg (3.3MB)
info herbier de zostère
image 100_2548.jpg (3.5MB)
ponte du chevet: champ de blocs









15 Juin 2017 : Participation de Saint Jacut Environnement au forum organisé par la DREAL (Direction Régionale de l'Environnement de l'Aménagement et du Logement) à St Jacut de la Mer.
Cette journée "inspirante" à l'attention des agents de la DREAL Bretagne était divisée en 2 temps : ateliers en salle le matin et l'après-midi sorties à l'extérieur. En matinée chaque agent participait à 2 ateliers parmi 8 mis en place. L'un de ces ateliers portait sur le thème de la pêche à pied de loisir (programme LIFE) animé par Viv'Armor, accompagné de Saint Jacut Environnement en tant que relais local pour les opérations d'information et de comptage sur la pêche à pied.
Les présentations donnaient lieu à échanges avec les participants avec l'objectif de faire mieux connaître le programme et l'action de  VivArmor nature, en tant que référent de ce programme.
L'après-midi se sont déroulées 2 balades "safari" commentées par Viv'Armor sur le patrimoine naturel de Saint-Jacut en plus d'autres activités.



image Prsentation_programme_life__la_Dreal_juin_17b.jpg (2.0MB)